Réseau Jeunes 2019: « Il faut qu’ils nous écoutent ! »

Le temps reste gris, le réveil est un peu dur. Mais, dès 8h45, on se met en route. Le groupe se sépare en deux. Une partie part en actions de solidarité, l’autre se lance dans trois ateliers. Objectif ? Préparer trois temps forts demain : un débat avec les élus et institutions locales, un échange avec des journalistes lors d’une conférence de presse, une action visible dans l’espace public ! On change de registre, là. Hier, c’était le recueil de la parole d’habitant.e.s et l’interview d’associations engagées sur l’écologie. Aujourd’hui, les jeunes se retrouvent à construire, collectivement, une parole politique et des arguments.

On se prépare au débat

Zoom sur la préparation de la conférence de presse. Que va-t-on raconter aux journalistes ? « On devrait présenter qui on est, d’où on vient ce qu’est le réseau jeunes », propose Tina. « Reprendre des témoignages de ce qu’on a entendu hier », complète Rania. « Dire ce qu’on veut proposer, sur quoi on veut interpeller… » ajoutent d’autres. Les jeunes commencent à structurer le propos. Dans la salle à côté, qui prépare la rencontre avec les élus, les réflexions sont les mêmes. Responsabilité politique de l’Etat et des gens, responsabilité économique, planète en danger… les constats s’affirment. Comment le formuler, le rendre audible demain ? des ateliers d’écriture se mettent en place. Entre construction de discours marqués par les prises de parole de Greta Thunberg, punchlines propres au groupe, le message collectif se bâtit… On travaille aussi la forme de présentation… les jeunes ne sont pas habitués à prendre la parole en public… Il y a de l’appréhension. Mais surtout une volonté d’interpeller, de marquer… « Il faut qu’on prenne la parole ! ».

Avignon-sous-Déluge

Dehors, l’orage éclate. Les actions de solidarité prévues en extérieur prennent l’eau. Vite, il faut imaginer d’autres actions. L’équipe de la fédération du Vaucluse se démène, trouve des solutions. Les jeunes s’adaptent. Au final, les actions de solidarité vont être nombreuses et prendre des formes multiples : la Croix rouge pour confectionner des kits d’hygiène et préparer une maraude, Les Petites Choses pour fabriquer des jeux à partir de matériaux de récup, les Semailles pour participer à un chantier d’insertion de maraichage bio… Avec, encore une fois un effet magique : aux Semailles, un jeune, trainant des pieds à l’arrivée, peu enthousiaste, se transforme en acteur super appliqué dans l’huilage des nichoirs, curieux de comprendre la pollonisation des abeilles…

En début de soirée, alors que les jeunes rencontrent plusieurs administrateurs de la FCSF, venus faire un CA à Avignon pour faire lien (voir aussi l’article « Un espace politique pour les jeunes à la FCSF« ), la pluie continue de tomber, les allées devant les mobil home deviennent des marécages… Mais malgré la fatigue, les groupes sont encore là, à affiner la préparation du lendemain, à imaginer une forme vivante, à préparer l’action phare sur la place publique… Mais chut, la suite demain !

 

 

 

 

 

 

 

> Pour revivre la journée de mardi, c’est par ici !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Courriel
Partager sur print
Imprimer
Aller au contenu principal
Aller à la barre d’outils