Habitant.e.s racontez nous comment vous allez!​

La Fédération des Centres sociaux et socioculturels de France

Je suis Claudie Miller et je suis présidente de la Fédération des Centres Sociaux de France.

Nous formons avec toutes les personnes que l’on croise au centre social comme une grande famille. Nous nous rencontrons, nous échangeons, nous partageons des activités ou nous profitons des mêmes services. Aujourd’hui tout semble arrêté et il est devenu moins facile d’entretenir les liens avec nos voisins, nos amis, nos familles. Face à ces difficultés et à celles d’une nouvelle forme d’isolement, dans toute la France les centres sociaux se mobilisent. Ils se mobilisent avec les pouvoirs publics, avec d’autres associations, avec des volontaires pour assurer l’aide aux personnes fragiles et en difficultés, pour poursuivre avec d’autres moyens les activités indispensables, pour vous apporter des informations vraies. Malgré les fermetures, toutes les équipes de salariés et de bénévoles sont au travail pour vous accompagner au mieux.

Comme vous, en Savoie où j’habite, je vis avec un peu d’inquiétude la période actuelle. Nous recevons tous beaucoup d’informations sans vraiment pouvoir vérifier si elles sont vraies ou fausses. Certaines sont vraiment alarmantes d’autres plus optimistes et permettent de garder le moral. Nous savons que cela va être important si la situation actuelle doit durer quelques temps. Aussi, pour que les échanges continuent entre nous, je vous propose un espace dans lequel chacun pourra dire comment il ou elle vit cet isolement, seul ou en famille, mais aussi surtout, ce qui lui permet de résister. Dites-nous comment vous faites avec vos enfants, vos voisins, vos conjoints pour que ce moment soit moins difficile à vivre et dites-nous ce qui vous fait sourire, ce qui continue à vous distraire, à vous amuser, à vous faire rire ! Nous pouvons ensemble contribuer à donner des couleurs à ces journées grises. Merci

 

Et je veux bien commencer:

 

Votre Témoignage

formulaire temoignage

Pas de catégories

isabelle
isabelle // Département: 77 aujourd’hui premier avril, j’ai croisé une montagne de muguet…non ce n’est pas un poisson d’avril, juste derrière chez moi, petit bonheur, 3 écureuils et une sittelle me regardaient, l’air étonné: mais qu’est-ce quelle fait ce matin? après quoi elle court…30 ans que je n’ai pas couru…imaginez le désastre au bout de 10 minutes…pas besoin de restriction kilométrique pour moi…alors je me dit qu’ils ont bien raisons mes écureuils faut arrêter de courir et il faut observer, se regarder, se parler et ne pas oublier sur le bord du chemin quelqu’un… portez-vous bien, prenez soin de vous et de vos proches (réel ou virtuel), c’est comme on peut mais un petit mot ça paie pas mine mais ça réveille
Sylvain
Sylvain // Département: Côte d’Or Profiter de ce temps particulier pour envisager les défis qui nous attendent : travailler au mieux être de nos concitoyens…. Profiter de ce temps particulier pour découvrir des solutions techniques pour faire des apéros virtuels avec les amis qu’on devait voir, chacun dans son salon à Paris, St Lyé, Chenôve …… Profiter de ce temps particulier pour gérer l’intendance pour qu’à la maison celle qui télétravaille puisse le faire le mieux possible, car elle ne va pas aux fraises comme le pense …..Profiter de de temps particulier pour observer les oiseaux, regarder pousser les fleurs…..
Nadia
Nadia // Département: Draguignan83300 Bonjour vraiment pas facile mais on n’a pas de le choix il faut faire j’ai des contacts quand même avec mes copines par téléphone avec ma famille aussi qui loin de moi ça me manque quand même mon travail ça me manque les centres sociaux aussi j’espère que ça va passer et qu’on reparte dans notre vie normale.
René
René // Département: 59 Je souhaite vous faire partager mon confinement à travers ce poème: Petit virus. Petit virus invisible à l’œil nu Qui l’eût cru ? Tu mets à bas l’organisation capitaliste, Tu casses, tu détruis leurs pistes Les entreprises à flux tendu Sont perdues. J’ose te dire merci petit virus Confinés, nous sommes plus libres que les russes ; Nous redécouvrons la vie en famille Qui n’est plus à base de billets de mille ; Nous repérons la force de la solidarité Qui permet de ne pas être attristés, Solidarité entre voisins désespérés Jusque-là ignorés. Oui, c’est une vie inédite Dans cette aventure fortuite. Et après ? Allons-nous tirer un trait ? Reprendrons-nous la vie d’avant Affalés dans nos divans ? Et les politiques Qui nous ont menés à la trique, Chercheront-ils une solution Dans une autre forme de mondialisation ? Accepteront-ils leur erreur fatale De leur politique libérale ? Et bien non ! Le gouvernement sort ses gros canons, La crise n’est pas finie Que la doctrine qui définit De prendre soin des actionnaires Reste doctrine de fer. Si les travailleurs sont obligés Par nos chefs obstinés D’offrir leurs congés, Les actionnaires dans la crainte d’une fin de récré N’osaient bouger leur tourillon… Ouf ! Ils toucheront leurs actions Si chacun doit être heureux, Ensemble c’est encore plus savoureux. L’individualisme est mortel La vie ensemble est belle. Le confinement Nous fait vivre collectivement. Nous découvrons la solitude Comme une sale habitude. Regarde les étoiles Si lumineuses sur la toile. Chacune est très jolie, Chacune de joie te remplit. Imagine une seule étoile Sur l’immense toile Ferais-tu attention à elle ? Ensemble elles sont bien plus belles ! Pareil pour toi, dit le confinement. Si tu es individuel, que tu vis solitairement Tu n’auras ni la force ni…
Olivier
Olivier // Département: Dordogne Pour ma part, je vis à la campagne, en Dordogne, département touché par 13 contaminations d’après les dernières données. Je suis à la fois attristé de la situation sanitaire actuelle où le covid 19 fait de plus en plus de dégât sur la santé humaine à l’échelle mondiale et, à la fois, la planète se repose de l’activité humaine et la vie animale semble « reprendre ses droits ». J’ose espérer que cette expérience de vie puisse contribuer à une nouvelle réflexion citoyenne pour l’avenir, à une réflexion visant un nouveau paradigme de vie pour l’humanité, pour le vivant en général, pour la planète etc… J’ose espérer que l’humanité dans son entièreté considérera la planète non pas comme une marchandise que l’on exploite pour ses ressources mais plutôt comme un être vivant, qui respire et qui nous offre la vie. Est ce que cette prise de conscience s’opérera ?, l’avenir nous le dira… Quelle belle initiative d’avoir mis en place cette plateforme.
Frédéric
Frédéric // Département: 86 Frédéric// Département 86. Entre rangement, lecture, tri,films, jeux, mon confinement se passe relativement. J’établis un « emploi du temps » journalier pour garder un certain semblant de vie active. Le point positif de cette situation est le fait de renouer contact avec nos amis(ies) et familles en ne passant pas par sms mais par de vrai appel téléphonique, bref enfin on reprend la parole et c’est un plaisir que l’on malheureusement perdu depuis quelques temps. Autre point positif la nature reprend ses droits, la pollution disparaît peu a peu, les bruits environnent également, le chant des oiseaux,…. que du bonheur.
Patrick
Patrick // Département: Aude Confiné à la campagne est certainement un privilège et je pense à ma famille, mes amis et à tous les habitants qui sont dans des appartements à 4, 5 et plus. Je n’oublie pas non plus les SDF, les migrants et autres abandonnés qui sont en danger permanent, en plus de leur histoire. Confiné à la campagne dans un habitat isolé est confortable mais donne le sentiment d’être inutile. J’échangeais hier avec un délégué et on évoquait la « discrimination territoriale » bien visible dans ces périodes compliquées. Heureusement, il y a les mails pour échanger des articles avec mes amis, des « Visio. » pour préparer la suite avec la Fédération Languedoc Roussillon., Whatsapp pour voir et parler à ma famille disséminée, passer des SMS à mes voisins… L’après va être difficile pour relancer la machine. Mais ces situations nous offrent une réelle opportunité d’apporter l’expérience du réseau, une solidarité renforcée, l’espérance d’apporter des changements environnementaux et sociaux pour un monde meilleur et viable pour les générations futures. Je reste très optimiste quant à la suite et je crois que l’énergie et les motivations de chacun vont nous occuper ces prochaines années. Prenez soin de vous et de vos proches, à très bientôt.
Samuel
Samuel // Département: 59 Bonjour je suis vice président du centre social de Fourmies, le csc étant fermé et n’aimant pas rester sans aider, j’ai mis en place grâce à mon réseau d’habitant qui regroupe 11500 personnes sur un groupe Facebook didié à ma ville. Une collecte des surplus de masque, gel et gant. j’ai récupéré 112 gels hydro, 800 masques ffp2, 4000 gants, 12 sprays désinfectant, suite à mon appel sur les réseaux sociaux, c’est 17 infirmiers, 6 médecins, 2 structures, Adar et confiez nous, 3 pharmacies, les pompiers, gendarmes de fourmies que l’on a aidé. Maintenant place à la couture, grace à 4 couturières que j’alimente en matière premiere, nous avons fourni pour le moment 160 masques tissus fabriqué sur le modèle mis en ligne par le CHU de Grenoble. Tous acteurs
michel
Michel // Département: Charentes Maritimes Bonjour. En tant que centre social, nous nous adaptons à la situation et expérimentons jour après jour de nouvelles initiatives pour conserver le lien avec les habitants via les réseaux sociaux, l’entraide, les contacts avec les plus isolés, le partage d’idées, des temps de rencontres « virtuels »…. Toute l’équipe salariée et bénévole est mobilisée. C’est stimulant, encourageant ! En parallèle, je me retrouve en prise avec ce paradoxe : nous sommes de plus en plus nombreux sur cette terre et, face à cette crise sanitaire, nous sommes dans l’obligation de nous confiner, de nous isoler de nos semblables. Paradoxe qui me laisse plus de questions que de réponses. Quel sens y a t il ? Y en a t il un ? Qu’est ce que cette situation nous apprend sur nous mêmes, sur nos relations avec les autres ? Quelles leçons pouvons nous tirer de cette expérience ? Vraisemblablement qu’il est trop tôt pour apporter des réponses à ces questions. Je pense, je veux croire que cette crise va nous permettre de renforcer nos solidarités localement. J’espère qu’elle contribuera à des prises de conscience plus sociétales sur nos modèles de développement, d’alimentation, d’échanges,…
Gerry
Gerry // Département: Nord Je suis directeur d’un centre social. Aborder cette crise sanitaire n’est pas facile. En sollicitant des bénévoles, des professionnels afin d’apporter un soutien aux publics fragilisés, précaires de tous âges, nous avons organisé deux rencontres et mis en place des actions pour agir contre les inégalités que renforce le confinement […]. Cette crise sanitaire renforce la solidarité et le pouvoir d’agir entre habitants.
Frédérique
Frédérique // Département: Nord Pour moi, qui suis un peu (voir beaucoup) frileuse, il est vrai qu’il fait encore un peu frais. Mais armée d’un pilou, d’une tasse de café ou thé bien chaud, je suis prête à me livrer aux rayons du soleil pour faire le plein de vitamines ! Un vrai plaisir simple, tout autant que ce lui de faire sécher son linge à l’air libre et avoir la satisfaction qu’il sente le frais, l’air du dehors, si précieux !
Pierre
Pierre // Département: 44 Elle est pas facile, cette période quand même, même quand on n’est pas isolés. Etre confiné, dans un appartement, avec sa famille, ça oblige à tout repenser, réorganiser pour ne pas être les uns sur les autres tout le temps. Bon, heureusement, on retrouve aussi des plaisirs un peu oubliés : faire des jeux en famille, prendre le temps de discuter. On voit aussi les solidarités dans l’immeuble, ça fait du bien !
All articles loaded
No more articles to load