Nous, élus de petites et grandes collectivités bénéficiant de la présence de centres Sociaux,

en milieu rural, péri-urbain ou urbain, de différentes régions de France,

voulons manifester notre attachement aux centres sociaux

et nos convictions sur le rôle fondamental qu’ils jouent dans nos territoires.

 

Nous adressons ce témoignage à tous les élus locaux, actuels ou futurs,

 afin de leur faire part de l’intérêt que constitue la présence d’un centre social

 dans un quartier, un village, un territoire,

aux côtés d’autres acteurs qui œuvrent avec eux et à nos côtés

à un « meilleur vivre local » toujours à entretenir et à renouveler.

 

Nous réaffirmons en premier lieu que :

Nous confirmons en conséquence que nos territoires ont besoin :

C’est pourquoi nous considérons comme une chance et un atout de bénéficier de la présence d’un centre social  dont nous réaffirmons les apports pour nos territoires :

La première fonction du centre social, c’est son accueil de tous les publics. Habitants du territoire, du quartier, de passage ou résidentiel, de toutes cultures et de toutes catégories sociales, chacun peut trouver au centre social une écoute attentive de ses soucis, de ses questions, de ses besoins, de ses idées, de ses propositions.

Quelle que soit la raison de sa venue au centre social, l’habitant y trouvera un accueil bienveillant, un échange, un effet miroir lui permettant de préciser ce qu’il souhaite, ce qu’il vit, ce qu’il cherche.

Le centre social constitue une alternative complémentaire à l’accueil des structures publiques, en bonne intelligence avec elles. Il permet chaque fois que possible un renvoi vers ces structures ou vers toute structure de service.

Lieu de proximité, il offre une porte ouverte et intergénérationnelle à qui cherche un renseignement, une activité, une écoute, un suivi. Par l’accueil des habitants, notamment des nouveaux arrivants, le Centre Social contribue à la cohésion sociale, à la mixité, et redonne goût et sens à faire lien ensemble. Il complète ainsi l’action du CCAS, et agit de plus en plus comme une fonction de « tiers-lieu » en facilitant pour chacun la conduite de son projet individuel ou collectif.

Le centre social c’est aussi une capacité à aller vers les habitants qui ne viennent pas naturellement, à investir leurs espaces de vie : école, marchés, rue… pour être à l’écoute de toutes les préoccupations du territoire.

 

La philosophie des centres sociaux quel que soit son mode de gestion est de révéler, activer, s’appuyer sur le pouvoir d’agir de tout habitant. En tant que citoyen. En tant qu’usager. Tout en partant de leur vécu, de leurs préoccupations, de leurs besoins, et en mobilisant leurs propres ressources pour l’action, le centre social accompagne l’autonomie progressive des habitants, de tout habitant, pour leur permettre de passer d’une logique de consommation à laquelle ils sont souvent contraints, à une vie d’action pour eux-mêmes, leur parcours, pour leurs proches, pour leur environnement, pour leur territoire.

Le centre social est ainsi lui-même un acteur collectif de proximité et d’animation du territoire. Sa capacité à travailler dans la transversalité le conduit à agir tout autant sur la citoyenneté individuelle que sur les stratégies territoriales de développement durable ou de politique de la ville par exemple.

En complémentarité avec les élus, les autres associations et forces vives du territoire, sa vocation est d’être au cœur de l’action sociale, en accompagnant les projets individuels comme collectifs, invitant et accompagnant l’engagement des habitants dans les instances de participation (Comité d’usagers, conseils citoyens, …) et favorisant ainsi la plus grande mixité dans l’engagement citoyen.

En animant la participation et la concertation, le centre social constitue ainsi un lieu et un levier de l’engagement des habitants, au sein du centre social, dans leurs propres projets personnels, dans les lieux d’action pour le territoire. 

 

En tant qu’acteur dynamique du territoire, le centre social se propose comme co-constructeur des politiques publiques. Par sa capacité à aller vers les habitants, il est en mesure de faire remonter des informations des territoires et d’alimenter ainsi le plus précisément et le plus qualitativement possible le diagnostic de territoire.

Dans une démarche de diagnostic partagé du territoire, le plus souvent portée par les élus du territoire, il favorise l’expression de l’expertise d’usage des habitants, leur permettant ainsi de participer à l’intelligence collective d’un projet naissant. Il constitue d’ailleurs un espace de veille et d’alerte sur les territoires.

Le centre social porte d’ailleurs lui-même une expertise forte, et il anime des espaces de concertation où se rencontrent différentes expertises, pour faciliter la co-construction des projets locaux.

Le centre social est également en capacité de coordonner et de fédérer autour d’un thème plus précis. Les solidarités et la transition écologique et énergétique, particulièrement d’actualité, en font partie.

Il constitue un lieu d’expérimentation, un laboratoire d’idées afin de mettre en test avec les habitants eux-mêmes des innovations naissantes. Il participe également à des projets portés par d’autres associations ou par les élus.

Il est ainsi co-constructeur, acteur engagé sur son territoire, au service de projets collectifs fédérateurs.

 

Par son agilité et sa capacité d’adaptation, le centre social est également un acteur des politiques publiques décidées par les collectivités, et soutenues par la politique sociale de la CNAF, la CNAV, les CAF et CARSAT, et l’Etat. En les déclinant lui-même grâce aux aides ou aux délégations reçues de la collectivité, et en y contribuant également par le relais auprès des autres acteurs.

Sa capacité pour coordonner et fédérer autour d’un thème ou d’un projet permet également l’émergence de nouvelles initiatives associatives ou de toute autre forme d’action collective, contribuant ainsi à un dynamisme de développement social en milieu rural et urbain. Parfois, son rôle peut aller jusqu’à la coordination des acteurs.

Agissant tant auprès des individus que des groupes, le centre social joue ainsi un rôle précieux pour passer en permanence des problématiques individuelles aux actions collectives et vice versa.

Cette mise en mouvement des énergies apporte une vraie plus-value aux projets de territoires divers et variés, comme c’est le cas par exemple en politique de la ville ou en développement rural.

 

C’est donc fort de ces convictions que nous vous invitons à soutenir avec nous ce manifeste en contribution à nos objectifs de cohésion sociale dans nos territoires.

Télécharger le manifeste

 

Manifeste-cohésion sociale et de la transformation de leurs territoires

Ce manifeste est ouvert à la signature des élus de petites et grandes collectivités bénéficiant de la présence de Centres Sociaux, en milieu rural, péri-urbain ou urbain, de différentes régions de France.

Signer le manifeste