La Guyane ou l’émergence d’un réseau de centres sociaux

Par • 16 Jan, 2019 • Catégorie: A ça se passe dans le réseau, Accueil, Brèves

Il y a l’image. Celle de l’inauguration, en novembre, du centre social de Macouria, avec les responsables de la FCSF, la CNAF et la collectivité territoriale de Guyane, à l’occasion de la co-signature du schéma d’animation de la vie sociale.

Et il y a le travail de fond, dans un territoire, la Guyane, plus grand (immense) « département » de France, dont plus de 30% des habitants vivent sous le seuil de pauvreté, avec un chômage pesant, des phénomènes migratoires massifs et des fractionnements démographiques importants. Un territoire marqué aussi, en 2017, par un conflit dur, ayant entraîné le blocage du territoire, autour de revendications sociales et de lutte contre les inégalités sociales, scolaires… Un territoire enfin, fort du dynamisme et de l’engagement de ses acteurs locaux !

 

Courant 2017, le directeur de la CAF de Guyane rencontre la FCSF. Les centres sociaux, leurs approches et modes d’intervention apparaissent être de vraies opportunités pour le territoire et les habitants pour agir. Mais comment accompagner l’émergence de centres sociaux ? FCSF et CAF de Guyane signent alors une convention pour qu’une mission soit animée autour de cet objectif. C’est Christian Dumortier, ancien délégué de la fédération de l’Ardèche qui va la porter.

En 2018, plusieurs séminaires vont réunir les porteurs de projet potentiels de centres sociaux : CCAS, communes, associations. Diagnostic partagé, développement social local, essence du centre social, participation, gouvernance… En moins d’une année, la démarche se construit et avance à grands pas. Pour Nadège Elisme, directrice du centre social de Mana, « nous avons transformé notre Pôle jeunesse en un vrai centre social. Les rencontres avec les autres porteurs de projets, nos séminaires de travail, nous ont conforté dans nos approches et notre volonté. Nous avons plein de défis à relever : notre commune est très étendue et éclatée : 80% des habitants habitent hors du bourg, notre territoire est très éclaté culturellement, mais nous sommes convaincus que notre action, qui place les habitants au cœur du projet, peut faire bouger les choses ! ». Cette conviction, ils sont nombreux à la porter. Les 6 projets de départ se transforment bientôt en une vingtaine ! Et trois premiers agréments, comme autant de premières victoires, sont attribués à Macouria, Mana et saint Laurent du Maroni.

 

 

Et on n’en est qu’au début. « L’énergie déployée par les acteurs locaux, raconte Christian Dumortier, l’envie de faire ensemble, la créativité et l’inventivité et le cheminement partagé entre équipes de la CAF, des villes et des centres » va permettre la concrétisation d’autres agréments centres sociaux et l’animation d’une belle dynamique territoriale ». Qui devrait déboucher dans les années à venir, peut-être sur une fédération. Et le partage de ressources dans notre réseau : les acteurs guyanais ont des choses à partager en matière d’aller vers, de travailler hors les murs, de mobilité !

 

 

 

Retrouvez trois interviews d’actrices de centres sociaux à Kourou et Moucouria

 

est
Email à cet auteur | Tous les Articles par

Laisser un Commentaire