Un débat avec les gilets jaunes Nord Charente organisé avec le centre social

Par • 4 Jan, 2019 • Catégorie: ,

Vendredi 21 décembre, à  Bioussac, une centaine de personnes ont répondu à l’appel des gilets jaunes de Nord Charente et du centre social La Chrysalide de Ruffec. L’espace socioculturel, a apporté logistique et médiation pour organiser la première assemblée citoyenne du territoire. « On a un groupe de gilets jaunes assez actifs sur le territoire dont certains bénévoles et certains qui fréquentent le centre social, on les connait bien, détaille Christian Fontaine, directeur du centre. On a été rapidement amenés à échanger avec eux car ils font de la sensibilisation et distribuaient des tracts sur le parking juste à côté du centre social. On leur a prêté du matériel et apporté un appui logistique (impressions de flyers…). Puis à titre personnel, je suis solidaire de la difficulté qui est la leur. »

Des temps de rencontres ont été organisés au centre social avec la trentaine de gilets jaunes. L’organisation d’une assemblée citoyenne a été assez vite évoquée. Ces espaces de débats ont récemment été privilégiés par le mouvement des gilets jaunes dans plusieurs villes de France, notamment dans la ville voisine Cognac. « C’est un moment qui permet de créer du dialogue avec le monde politique local et les habitants qui sont parfois un peu loin ou mal informés, » précise Christian.

UNE PRÉPARATION AVEC LE CENTRE SOCIAL

Pour préparer cette assemblée, un travail collectif s’est amorcé. « L’organisation d’une parole politique n’est pas du tout habituelle pour les gilets jaunes, le groupe est très hétéroclite : il y a des jeunes, des retraités, des actifs, des chômeurs… on a travaillé sur la structuration de leurs revendications et sur le contenu de l’assemblée citoyenne. On a envoyé l’invitation aux élus de 90 communes, aux députés et au préfet.. Le centre social s’est placé comme un espace de médiation, neutre. N’étant pas affilié à un espace politisé, je pense que ça a permis que l’événement soit plus accessible, au grand public et aux élus locaux. 

Le jour J ont répondu présents  Jérome Lambert, député de Charente ; Nicolas Wisser, maire de Bioussac, accompagné de deux adjoints ; Dominique Ravaud, maire de la Forêt de Tessé ; José Dupuis, maire de Barro ; Philippe Esteban, maire de Chenommet. Les gilets jaunes ayant préparé cette soirée ont présenté leurs revendications, thématique par thématique (fiscalité, monde du travail, services publics, solidarité, écologie et démocratie). Pour chaque thème, un débat s’engage avec la salle. La participation de l’assemblée – habitants, élus, gilets jaunes – va plus loin : à l’aide de feuilles rouges et vertes, la salle vote sur diverses questions comme la légitimé des gilets jaunes (une grande majorité a affirmé être d’accord) ou la confiance dans le processus de concertation proposé par le gouvernement (une grande majorité étant en désaccord). « Les réponses aux votes ont été très clivées, nous avions entre 90 et 95% de consensus pour tous les votes. On a également utilisé un dispositif pour que les gens réagissent par SMS en direct, » explique le directeur du centre social, en avouant s’être inspiré du procédé utilisé au Congrès des centres sociaux et aux JPAG ! Christian confie que ces moyens, inhabituels dans le mouvement des gilets jaunes, ont  permis de leur donner une image sérieuse, professionnelle.

 

UN ESPACE DEMOCRATIQUE

Le climat était plutôt serein, il n’y a pas eu de fortes contradictions ayant mené au conflit. Cette assemblée citoyenne a permis notamment aux gilets jaunes de se sentir reconnus et confortés dans leur légitimité aux yeux de la population en tant que mouvement citoyen. Les habitants présents étaient tous en soutien du mouvement et une soixantaine de personnes ont demandé à être informées des suites. « C’est le premier événement qui a ouvert un espace démocratique qui est le leur, selon leurs modalités, leur calendrier, leur contenu…non imposé par le gouvernement.  Ça leur permet de garder la main sur une instance de concertation. Le centre social a été reconnu comme point d’ancrage, point d’appui, accompagnateur d’un groupe citoyen qui exprime des revendications et met en œuvre une parole politique »

Et pour la suite ? « Il pourrait y avoir une deuxième assemblée citoyenne, le maire d’une commune voisine nous a déjà proposé de nous prêter une salle. Les questions qui se posent maintenant c’est quels types d’actions mener ? Il y a une phase qui n’est pas loin de la radicalisation et une autre plus démocratique et pacifique mais pour autant qui demande comment se faire entendre aujourd’hui. En tout cas, le fondement des attentes aujourd’hui se porte sur la mise en œuvre d’une justice sociale plus équitable. »

 

Marqué comme:

est
Email à cet auteur | Tous les Articles par

Une Réponse »

  1. Bonjour ;
    Depuis le début je suis gilet jaune ,ai participé bien qu’âgé et handicapé à des marches;voila plusieurs mois que nous manifestons; et je déplore qu’il n’y ai pas un QG avec une adresse Mai ou autres.Afin que plus de français puissent se fédérer et avoir des contacts plus étroits ; pour faire valoir nos droits Républicains et ne pas nous faire ‘ bouffer par une poignée d’incapables à assurer au peuple une VIE DIGNE; De l’Argent on en aurait en supprimant les privilèges HONTEUX que se sont octoyés ces élus qui nous trahissent un fois au pouvoir? Vivement la possibilitéde soumettre à Référendum les plus importantes décision pour le bien du PEUPLE sans distingo de classes sociale.

    Un citoyen qui pleure de voir la FRANCE dan

Laisser un Commentaire