En Moselle et dans les Ardennes, on part en vacances chez ses voisins !

Par • 1 Fév, 2018 • Catégorie: Accueil, Brèves, Reportages

Ah les vacances ! La plage l’été, la montagne l’hiver… Et si les vacances c’était aussi découvrir le département voisin ?

La fédération des centres sociaux de Moselle est partie d’un constat en septembre 2016 : « Sur la question des projets vacances on ne savait pas très bien faire en Moselle mais il y avait une vraie envie des référents familles et des centres à travailler là-dessus, explique Martine Gerville, déléguée fédérale. On a partagé cette envie là avec les collègues des Ardennes qui ont beaucoup d’expérience dans le projet vacances. »

Les fédérations de Moselle et des Ardennes en lien avec le comité interdépartemental des référents familles, se sont donc mis au travail pour échanger techniques et méthodes en matière d’animation du projet vacances. Neuf centres sociaux (professionnels et habitant-e-s) implantés sur les deux départements ont donc choisi de s’impliquer dans une démarche au long cours pour organiser des séjours familles collectifs accompagnés.

En termes de financement, la CAF de Moselle prend en charge au maximum 50 % de l’hébergement. Dans les Ardennes, c’est 90%. « On a vite compris qu’on n’irait pas à la plage, raconte Martine Gerville., on est alors parti du besoin des familles. En Moselle, il y a beaucoup de mères seules. On a réfléchi avec elles sur ce que signifient des vacances en famille. Les envies qui ressortaient étaient très pragmatiques : un endroit où il n’y a pas besoin de cuisiner tous les jours, avec des lieux dédiés aux activités avec les enfants et d’autres seulement pour les adultes. Et aussi, pouvoir passer du temps en collectif.  Il y a eu aussi des demandes autour de la nature : on sentait un besoin d’apaisement. En fait l’objectif c’était de pouvoir s’extraire d’un quotidien très contraignant. »

Se pose aussi la question de l’enjeu territorial, à une période charnière de la réforme des régions. « La nouvelle grande région, ça veut rien dire pour les habitants, détaille la déléguée de la fédération mosellane. En même temps, cette question c’est aussi la nôtre. On a réfléchi sur quel sens et quelle réalité cela impliquait pour les gens. On a vite fait le lien avec la question financière. Nous sommes des familles du Grand Est et on a envie d’accéder aux vacances en tant que parents, pour nos enfants. Partir en vacances dans sa région, c’est un bon moyen pour ne pas dépenser trop d’argent mais aussi pour s’approprier ce nouveau territoire de vie que constitue le Grand Est. »

LA PARTICIPATION DES FAMILLES

La mutualisation des ressources, moyens, et compétences des centres sociaux et fédérations a permis une véritable baisse du coût des séjours. Outre ces partenariats, une part reste à la charge des familles. De nombreuses actions d’autofinancement ont été mises en place par les centres sociaux (comme la vente de crêpes ou de biscuits) pour permettre aux familles d’être pleinement actrices de leurs vacances.

Leur participation dans l’organisation de vacances collectives va plus loin : en juillet 2017, les fédérations mosellane et ardennaise ont réuni parents et enfants. L’objectif : choisir le lieu du prochain séjour à travers une « battle des territoires ». Les référents familles ont présenté les départements des Ardennes et de la Moselle en se basant sur différentes thématiques : la plus-value des activités, la richesse naturelle et historique des sites, la diversité gastronomique et le patrimoine culturel. Cette « battle » a notamment permis de définir les lieux et activités pour le séjour d’octobre à partir du vote des familles. Visites de Charleville Mezières, d’un fort, d’une ferme pédagogique, soirées dansantes…tels étaient les temps forts de ce voyage d’automne. Les retours ont été très positifs : le bilan participatif avec les 51 enfants et parents ont mis en lumière l’importance de la découverte et de l’évasion. « On a demandé aux familles : si le séjour était un animal, ça serait quoi ? Il y a eu une majorité d’oiseaux dont la signification est la liberté, l’évasion. De nombreux Mosellans n’avaient jamais été dans les Ardennes et vice-versa. Certains ont aussi découvert la nature ; une dame de 45 ans ne s’était jamais baladée en forêt. Les liens ont également été facilités entre parents et enfants : une maman m’a dit : « Ma fille, à la maison, elle est triste, ici elle se lève sans réveil. » Ce qui est important aussi c’est que les bénéficiaires ne soient pas dans du consumérisme mais qu’ils participent vraiment au sens de ces vacances, » conclut Martine Gerville.

Le bilan en dessins d’animaux

 Pour les professionnels, ce projet a permis de mieux saisir les besoins, difficultés, réalités, compétences à explorer des familles et donc de mieux les accompagner par la suite. La mutualisation a aussi permis d’alléger les contraintes pour les centres sociaux. Et en bonus, une augmentation du nombre d’inscriptions aux activités du centre !

Ce projet est soutenu par la FCSF, dans le cadre d’un partenariat avec l’ANCV ! Les aides aux projets vacances (APV pour les habitués) permettent de soutenir le départ en vacances collectif ou individuel de familles et jeunes inscrits dans une dynamique de projets vacances, en apportant un complément au financement du séjour, via des chèques vacances. Ces aides veulent contribuer à rendre concret le droit aux vacances pour tous, en s’appuyant sur nos valeurs et démarches (pouvoir d’agir des habitants notamment).Pour plus d’infos : ici

est
Email à cet auteur | Tous les Articles par

2 Réponses »

  1. Bonjour, Ons avais cotisées pendent 1 an à des sorties et 1 séjour qui c’est très bien passer, depuis quelques années avec L ‘association La Traverce a Nanterre, mais nous souhaitons vivement ma fille et mois participers à des séjours,pour raisons financières, nous ne sommes pas parties depuis 3 ans,En vous remerciant de votre attention

  2. Bonjour. Passez-vous par un centre social adhérent à la fédération nationale des centres sociaux et engagé dans le dispositif vacances ? Nous vous invitons à vous rapprocher de votre centre social.

Laisser un Commentaire