A Benet, la mobilité se joue avec les acteurs privés

Par • 5 Jan, 2018 • Catégorie: Accueil, Actualités, Reportages, Vie du réseau, Zoom sur

En Vendée, le centre social Le Kiosque diversifie ses partenariats pour se tourner vers des acteurs privés. L’objectif ? apporter une solution directe aux problèmes de mobilité sur le territoire et penser à une autonomie financière pour le centre. Un projet au cœur de l’actualité du réseau, qui a entamé un chantier national sur le renouvellement de ses modèles économiques ! N’hésitez pas à vous en inspirer !

Première mise en service de la mobylette du Kiosque, dans le cadre de la plate forme mobilité. De gauche à droite: Gérard doucet, président du Kiosque, Maxime Roy bénéficiaire, Katia Sire directrice du kiosque, et Patricia Faugeras référente Mission locale

A Benet, petite ville de Vendée qui compte 4000 habitants, la question de la mobilité est un souci. Nombre d’habitants vivent à plus de 5 kilomètres du centre. Un des publics les plus touchés par cette problématique : les jeunes. Sans possibilité de se déplacer, leur insertion professionnelle s’avère difficile. Il y a 3 ans, le centre social Le Kiosque a décidé de prendre à bras le corps ce problème. Après un travail de réflexion avec les partenaires sociaux du territoire, il ressort que pour que les jeunes s’intègrent dans la vie professionnelle, ils ont besoin du permis de conduire. Oui mais pour obtenir leur permis de conduire, ils ont besoin d’argent pour le financer. Et pour avoir de l’argent, ils ont besoin d’un travail. « C’est un cercle vicieux, explique Katia Sire, directrice du centre social. On s’est dit qu’on pourrait leur mettre à disposition des deux roues mais on s’est rendu compte que ça ne résoudrait que partiellement le problème, sachant que des adultes avaient également des difficultés de mobilité à cause de véhicules en mauvais état. »

Un jour alors que Katia se rend au garage Renault voisin – que le centre social fréquente pour ses propres véhicules – le garagiste lui parle de Mobiliz, un dispositif de la fondation Renault Solidaire. Ce programme permet de louer une voiture neuve à moindre coût pour chercher un emploi mais aussi de faire réviser sa voiture à un prix défiant toute concurrence. « Notre garagiste est un partenaire de longue date, on porte les mêmes valeurs. Il voulait partager ce service avec les habitants du territoire qui en avaient besoin, affirme Katia. » Le centre social Le Kiosque devient alors l’intermédiaire entre le garage Renault Solidaire et la personne ayant besoin d’un véhicule. « Pour ce dispositif, nous avons créé un groupe d’acteurs locaux du territoire composé d’assistants sociaux, de la mission locale, de Pôle Emploi, d’associations d’insertion et du centre communal d’action sociale, raconte la directrice du Kiosque. On a réfléchi sur la manière de mettre en œuvre ce programme de manière équitable sur le territoire. Mobiliz ne précise pas de critère à part celui du maintien de l’emploi ou d’une prise de poste. Le groupe a réfléchi à un cadre et au fonctionnement. »

Pour bénéficier du service de Renault Solidaire, la personne doit avoir un quotient familial inférieur à 900 euros et formuler sa demande auprès du centre. Sur 2017, 8 personnes ont bénéficié de la location de véhicules, 4 de la réparation.

UNE REPONSE DIRECTE AUX BESOINS DES HABITANTS

Une manière efficace de répondre aux problèmes de mobilité sur le territoire ? « Ce dispositif apporte une réponse directe aux besoins des habitants, indique Katia Sire. C’est un service supplémentaire qui leur est proposé. Puis pour nous, ça nous simplifie vraiment la tâche. C’est un partenariat qui n’est encore qu’à ses débuts mais qui fonctionne bien. » Tout le monde en sort gagnant : les Benetains ont plus de facilité pour se déplacer et le centre social parvient à toucher un public en plus grande précarité. « Le partenariat a permis de rapprocher les habitants qui étaient les plus éloignés de nous, témoigne Katia. L’assistante sociale tient maintenant une permanence hebdomadaire dans le centre social. C’est très positif. Pour Renault, le dispositif permet de fidéliser aussi une clientèle donc il y aura aussi un retour sur investissement. Même si au départ, le garagiste ne recherche pas forcément le profit. »

Jeremy Filloneau 1er candidat à obtenir le code, et Jean-Philippe Lacambra moniteur Auto-école, partenaire d’Ornikar

Pour aller plus loin sur la question de la mobilité et trouver des solutions durables, le Kiosque a mis en place en avril un deuxième partenariat avec l’autoécole en ligne Ornikar. « Nous avons rencontré un moniteur indépendant qui travaille pour Ornikar et avons convenu de proposer aux jeunes de passer le code de la route pour 30 euros. Pour le permis, un kit 20h est accessible à 750 euros. Le jeune paye mensuellement les heures qu’il utilise. Le centre social fait une avance financière sur le kit. C’est un début de partenariat prometteur ! »

 

PENSER LES ENTREPRISES COMME ACTEURS DU TERRITOIRE

Le centre social Le Kiosque est bien parti sur sa lancée de collaboration avec les acteurs privés du territoire. « C’est vraiment important d’être reconnu par les acteurs économiques. On entend souvent que les centres sociaux ont des valeurs complétement différentes de celles d’entreprises privés alors qu’on a des valeurs en commun. On va pouvoir avoir une image du Kiosque qui rayonne grâce à ces partenariats économiques. »

Pour leur renouvellement de projet social, le centre va réaliser un diagnostic de territoire et rencontrer les entreprises pour identifier leurs besoins et déceler les projets qui pourraient être mis au travail collectivement. « A chaque fois, nous rencontrons les habitants, les élus, les associations, les acteurs sociaux. Jamais on n’est allé voir les entreprises locales. Ce sont pourtant des acteurs du territoire. On sait que certaines ont du mal à recruter. On pourrait par exemple faire un travail de mises en relation entre l’offre et la demande ou créer un forum de l’emploi. On a envie de travailler le réseau et la mise en réseau. »

Et le renouvellement du modèle économique du centre ? « C’est aussi un des objectifs parallèle. On est assez dépendant des financements publics. On a envie d’aller vers un peu plus d’autonomie financière. Le travail en direction des entreprises locales pourrait aussi amener un nouveau mode de financement. Pour le futur. »

 

Centre social Le Kiosque
13, rue de la Cure
85490 BENET
Tél : 02.51.87.37.76
Mail : kiosque85@gmail.com

 

est
Email à cet auteur | Tous les Articles par

Laisser un Commentaire