Des habitants des quartiers populaires à la tribune de la concertation pour la réforme de la politique de la ville

Par • 29 nov, 2012 • Catégorie: A la une, Accueil, Actualités, Compte-rendus, Evénements, Rencontres-débats, Vie de la FCSF, Zoom sur

Une délégation d’habitants ayant participé au rapport sur la politique de la ville réalisé par Question de Ville et la FCSF (« On voudrait entendre crier toutes les voix de nos cités ») s’est exprimée mardi 22 novembre dans le cadre d’une réunion présidée par François Lamy (Ministre de la Ville) qui marquait le mi-parcours de la concertation pour la réforme de la politique de la Ville.

Le 22 novembre, avait lieu au Ministère des Affaires sociales une réunion présidée par François Lamy (Ministre de la Ville) qui marquait le mi-parcours de la concertation pour la réforme de la politique de la Ville. C’est dans ce cadre-là qu’une délégation d’une quinzaine d’habitants ayant participé au premier rapport biennal sur la vie dans les quartiers de la politique de la ville (« On voudrait entendre crier toutes les voix de nos cités ») réalisé par Question de ville (association des directeurs des centres de ressources pour la politique de la ville) et la Fédération des Centres sociaux et Socioculturels de France (FCSF), a pris la parole devant des élus ,des professionnels de la Politique de la ville et des associations.

François Vercoutère, délégué général de la FCSF, a rappelé en introduction que ce rapport s’appuie sur la participation de 300 habitants issus de 15 quartiers de la politique de la ville répartis sur l’ensemble du territoire métropolitain et dans un département d’Outre-Mer, insistant sur la méthode qui a présidé à son écriture, notamment le fait que ces habitants ont participé à 3 rencontres successives dans chaque territoire concerné. « La participation, ça ne s’improvise pas! » a-t-il lancé, soulignant en outre les vertus de l’expertise d’usage des habitants et de l’intelligence collective générée par ces rencontres.

Bénédicte Madelin, présidente de Question de Ville et directrice de Profession banlieue, a quant à elle abordé le contenu du rapport et souligné que les constats établis par les habitants bousculaient quelque peu les idées reçues. Les thèmes abordés ne surprennent pas, par contre, la perception du quotidien interroge les politiques publiques: l’insécurité, c’est d’abord l’absence d’emploi, la promiscuité, les nuisances sonores;  les injonctions à la mixité sociale suscitent beaucoup de méfiance, comme la rénovation urbaine, souvent génératrice d’augmentation des loyers et qui ne s’est pas toujours accompagnée d’une amélioration de l’offre de services (commerces, transports, services publics, etc.). Quant à la jeunesse, les habitants manifestent tous leur bienveillance et leur inquiétude face à l’avenir qui lui est réservé.

Les 5 habitants présents à la tribune – Naïma Berkache, Djamila Bekkaye, Viviane Tailleroux, Christiane Viallon et Mohamed Saoud -, issus de 4 départements différents (Nord, Val d’Oise, Seine-Saint-Denis et Loire), ont ensuite successivement pris la parole pour indiquer ce qui leur semblait, à titre personnel, le plus important à retenir de ce travail. Ont été ainsi abordés pêle-mêle les questions de mauvaise desserte des transport en commun (« Sans voiture, ma fille doit faire 3 km à pied pour aller à l’école, et ça, personne n’y a pensé »), l’augmentation des loyers liés aux opérations de renouvellement urbain (« On se sent exclus ») ou le fait que les bâtiments commencent déjà à se dégrader, faute d’entretien; notons que ces propos sévères ont été contrebalancés par le témoignage d’une habitante qui faisait également état de sa satisfaction d’avoir été relogée dans une résidence neuve. Ont également été abordés la détresse de la jeunesse, ainsi que la programmation des lieux culturels ne tenant pas toujours compte des goûts des habitants (« Ce sont des gens de l’extérieur qui viennent au Théâtre »).

Ces propos ont donné lieu à des échanges fructueux avec la salle et en particulier avec le Ministre, qui a réaffirmé l’importance de la participation des habitants dans la politique de la ville.

Nous espérons pour notre part que cette prise de parole aura contribué à promouvoir l’idée, partagée par Question de Ville et la FCSF, que la participation des habitants requiert, outre une véritable volonté politique, des compétences et des liens de confiance noués au fil du temps avec les habitants, qui font parfois défaut aux acteurs publics, et que l’expertise d’usage des habitants est indispensable pour une politique de la ville efficace et durable.

est chargé de communication FCSF / webmestre du site www.centres-sociaux.fr.
Email à cet auteur | Tous les Articles par

Une Réponse »

  1. […] http://www.centres-sociaux.fr/2012/11/29/des-habitants-des-quartiers-populaires-a-la-tribune-de-la-c… […]

Laisser un Commentaire