Festival « Les habitants ont du talent » en Essonne: des projets culturels co-construits entre artistes et centres sociaux.

Par • 22 Juil, 2011 • Catégorie: Accueil, Actualités, Centres sociaux, Chantiers fédéraux, Compte-rendus, Culture, Evénements, Fédérations, Festival, Focus, Île-de-France, Régions, Reportages, Témoignages, Vie du réseau, Zoom sur

Depuis douze ans, la fédération des centres sociaux de l’Essonne, en partenariat avec les centres sociaux du département, organise un festival culturel qui a lieu tous les deux ans. Ce mois-ci c’est le cinquième festival.

Cette année, neuf Centres Sociaux se sont impliqués dans sa réalisation et durant tout le mois, chaque centre propose un spectacle (danse, chant) ou une exposition (programme ici).

Les projets culturels sont co-construits avec les artistes, les partenaires locaux et les habitants. Il faut donc provoquer leur rencontre pour engager cette co-construction.

Quel est l’objectif de ce festival culturel ?

Corinne Morelli, déléguée fédérale à la fédération des centres sociaux de l’Essonne nous répond : « Le festival a lieu en juillet afin de faire bouger les territoires, de les animer » y compris durant l’été.

Les enjeux d’un tel rendez-vous culturel

C’est défendre l’idée que l’art et la culture sont un droit pour tous, pour que les habitants des quartiers puissent trouver des espaces d’expression à partir de domaines artistiques variés en collaboration étroite avec les artistes.

Une formation action est organisée pendant trois jours avec pour objectif de créer une dynamique chez les participants (salariés et bénévoles). Chaque centre doit s’engager dans un projet culturel à partir d’une thématique liée à une problématique de son territoire.

Ce festival culturel a été créé pour agir sur la transformation sociale car la culture est ce qui fait société et donne du sens à la vie des hommes, il sert aussi à agir sur le développement local territorial et la participation des habitants.

En 2009, ce sont 260 habitants qui ont participé en tant qu’acteurs au projet. Ce qui est un bon nombre sachant « qu’il est difficile de mobiliser les gens sur une année entière », nous dit Corinne Morelli.

Pour savoir ce que peut représenter un tel projet pour un centre social et quelles sont les étapes pour monter cette action, nous avons interrogé Corinne Lancier-Guraich, animatrice socioculturelle centre social Nelson Mandela à Saint-Michel-sur-Orge. C’est le quatrième festival auquel participe le centre social et c’est vendredi 8 juillet, à l’espace Marcel Carné, à Saint-Michel-sur-Orge, que c’est faite la représentation.

La première étape a été d’organiser des réunions de préparation avec tous les services de la ville afin d’expliquer la démarche et de faire en sorte que ce ne soit pas uniquement les personnes qui fréquentent le centre social qui s’impliquent dans cette démarche, que ce soit beaucoup plus large et que cela touche tous les habitants de Saint-Michel.

Corinne Lancier-Guraich au premier plan, avec la chorale au second plan

La compagnie Quartet Buccal (composée de quatre chanteuses) avec laquelle le centre social a préparé le spectacle a été présentée lors d’un concert organisé au centre social.

La préparation du spectacle a duré quatre mois à partir du mois de mars, à raison d’un atelier par semaine en soirée.

La principale préoccupation était qu’il était difficile de travailler toujours avec le même groupe de personnes. Chacun ayant ses impératifs, le groupe n’était pas toujours le même. De plus, il fallait aussi faire en sorte que les mères puissent assister aux ateliers, c’est pourquoi un système de garde a été mis en place.

« Mais la compagnie a l’habitude de faire des chorales, c’est pour cela que nous les avons contacté, parce qu’elles ont déjà fait ce genre de choses dans d’autres centres sociaux, elles connaissent bien le monde des centres sociaux, de l’animation. Le travail entre la compagnie et les habitants a bien fonctionné car les gens se sont investis, des liens se sont créés avec les filles de la compagnie.» nous dit Corinne Lancier-Guraich.

La chorale, chanteurs professionnels et habitants mélangés.

Pour ce festival le centre social a choisit le chant car ils entendaient de plus en plus les gens dire qu’ils avaient envie de chanter. Ce sont surtout des femmes qui se sont impliquées, surtout que le spectacle était sur les femmes.

 

Ce qu’apporte le festival au centre social

 

C’est une bénévole du centre qui nous a répondu. « La chorale est top, les personnes sortent de leur quotidien, elles font autre chose. Ca permet de voir du monde, de ne pas être isolé. C’est aussi apprendre à se connaître, à vivre en communauté. »

A la sortie du spectacle...

Pour la directrice du centre, Christine le Bras, tout le monde y a mis quelque chose, s’est impliqué, que ce soit pour la nourriture ou la fabrication des costumes, cela a dépassé les habitantes qui étaient sur scène. Une énergie, une envie de se retrouver s’est dégagée de cette chorale.

L’organisation d’un tel événement demande de fournir un effort pour permettre aux personnes de venir et de repartir sans problème. C’est pourquoi un service de bus a été mis en place car « il faut accueillir au maximum. »

En ce qui concerne l’animation, la formation/action proposée par la fédération de l’Essonne, a permis à Corinne Lancier-Guraich de rencontrer d’autres collègues des centres sociaux. « Je connais plein de monde. C’est inestimable. »

Nous avons aussi eu l’occasion d’interroger une des membres de la compagnie, Alexandra Roni-Gatica. Comme nous l’a dit Corinne Lancier-Guraich, ce n’est pas la première fois que la compagnie s’investit dans ce genre de démarche.

Alexandra confirme « ça fait partie de notre boulot, ça nous tient à cœur. On a déjà fait des chorales éphémères, c’est enrichissant. Ce que nous faisons, c’est rendre capable tout le monde de chanter et beaucoup de gens ont envie de le faire. Les personnes qui le font sont hyper motivées et nous avons récolté beaucoup de merci. On a senti que c’était quelque chose d’important. »

Les chansons que la chorale a interprété sur scène viennent de la compagnie, sauf certaines paroles écrites par une habitante, membre de la chorale.

Bien sûr, cela n’est que le ressenti d’un centre social, les autres centres sociaux engagés ne l’ont peut-être pas vécu ainsi.

Un temps de bilan est prévu à la rentrée, en septembre avec tous les participants et un film sera distribué vers la fin de l’année à tous les participants du festival.

Le festival n’est pas fini, il se terminera fin juillet, n’hésitez pas!

Pour en savoir plus sur l’espace Marcel Carné c’est ici et pour la compagnie Quartet Buccal, c’est .

est rédacteur du site centres-sociaux.fr
Email à cet auteur | Tous les Articles par

Une Réponse »

  1. je suis dirigeant d’une ONG basée au cameroun travaillant dans les domaines de l’éducation, la santé, la formation pour l’insertion socioprefessionnel et l’encadrement des orphelins et enfants de la rue. Je recherche des volontaires pour nous aider à monter le projet de festinoël orphelins 2012 qui se tiendra dans villes du cameroun du 12 au 24 décembre 2012. Je recherche également des appuis matériels et financiers pour le finacement des cette activités. Les fonds à récolter vont servir à l’arbre de noël, l’appui scolaire, sanitaire, nutritionnel et vestimentaire aux orphelins et autres enfants vulnérables.
    Merci pour me contacter tél. 00237 22 24 15 18/99 87 30 37

Laisser un Commentaire