Jean-Paul Delevoye: « passer du statut de consommateur de territoire à celui d’acteur de territoire »

Par • 10 Sep, 2010 • Catégorie: A la une, Accueil, Actualités, Chantiers fédéraux, Evénements, Infos partenaires, Nord-Pas-de-Calais, Régions, Rencontres-débats, Témoignages, Vie de la FCSF, Vie du réseau, Vieillissement, Zoom sur

Assemblage est un réseau d’acteurs publics et associatifs qui vise à promouvoir le « vivre ensemble » entre toutes les générations, auquel participe notamment la Fédération des Centres sociaux et Socioculturels de France (FCSF), la Fédération des centres sociaux du Périgord et l’Union régionale des centres sociaux du Nord-Pas-de-Calais.

Du 30 août au 1er septembre dernier a eu lieu à Bouvines dans le Nord la 6e Université d’été d’Assemblage sur le thème suivant: « Guerre des âges ou solidarité entre les générations: quelles alternatives? » Au programme de ces 3 jours, de nombreuses tables rondes et conférences ont permis d’illustrer la thématique choisie, en présence de spécialistes de la question.

> Cliquez ici pour afficher le programme de la 6e Université d’été d’Assemblage

Présent à l’Université d’été, Jean-Paul Delevoye, Médiateur de la République, a témoigné de la situation sociale en France telle qu’il la perçoit en tant qu’autorité administrative indépendante. Auteur d’un rapport très remarqué en début d’année, il a répondu à nos questions.

> Plus d’informations sur le statut du Médiateur de la République sur Wikipédia

> Cliquez ici pour être redirigé vers le site du Médiateur de la République

> Cliquez ici pour afficher le Rapport 2009 du Médiateur

Jean-Paul Delevoye, Médiateur de la République

Y’a t-il selon vous un risque de « guerre des âges » en France?

Plus largement, je pense que la compétition entre les individus exacerbe les tensions dans notre société. C’est une logique du « chacun pour soi » qui s’applique largement aujourd’hui, alors que nous devrions vivre dans le « chacun pour tous ». J’observe notamment dans le cadre de mes fonctions l’émergence d’un racisme social qui ne s’assume pas forcément comme tel: par exemple, tout le monde est favorable à la mixité sociale en principe mais dans les faits, de nombreuses personnes s’opposent violemment à la construction de logements sociaux dans leur voisinage. Ces tensions individuelles naissent d’un conflit entre ceux qui ont le sentiment de trop donner et ceux qui ont le sentiment de ne pas assez recevoir. A cet égard, le débat sur la réforme des retraites me paraît faire l’impasse sur une question essentielle: les apports des uns et des autres sont-ils équitablement répartis? Les plus jeunes ont le sentiment de faire des efforts dont ils ne bénéficieront pas eux-mêmes. Dans ce contexte, que peuvent faire les retraités, qui par ailleurs se sentent également menacés, pour participer à cet effort? En d’autres termes, comment faire pour que chacun se sente acteur du système et non pas victime?

Comment rétablir la solidarité entre les générations?

Je poserai la question autrement, afin d’aller au-delà de l’aspect purement intergénérationnel: comment faire en sorte que chacun puisse aller au bout de ses capacités? A mon sens, notre société n’est pas assez inclusive. Elle est basée sur les notions de réussite et d’échec, d’inclusion et d’exclusion, alors que, selon moi, nous devrions réfléchir en terme de potentialités. Pour cela, il faut favoriser les lieux d’écoute, de partage et de participation sur les territoires. J’aimerais que le maximum d’individus passe du statut de consommateur de territoire à celui d’acteur de territoire. Pour cela, nous devrions réhabiliter la notion de plaisir: plaisir d’apprendre à l’école, plaisir d’habiter ensemble un quartier, etc. Sans plaisir, il n’y a pas de participation. Il me semble également qu’il faut développer les systèmes d’échanges non-marchands sur les quartiers, faire découvrir la richesse et le plaisir lié au bénévolat.

Quel rôle peuvent jouer les centres sociaux dans la société que vous appelez de vos voeux?

Dans une société où les églises et les partis politiques ne jouent plus le rôle qu’ils jouèrent à une époque, nous avons besoin de lieux qui favorisent le « vivre ensemble »; des lieux où l’on peut être écouté sans être jugé et où l’on découvre que l’on est capable de faire des choses. En somme, nous avons besoin de lieux pour ré-enchanter notre quotidien.

est rédacteur du site centres-sociaux.fr
Email à cet auteur | Tous les Articles par

Laisser un Commentaire